L’arrivée de petite citrouille

Mercredi 23 janvier

L’accouchement est donc programmé, le docteur R. est de garde, je réunis mes affaires et m’apprête a quitter cette chambre 307 qui m’a accueillie 26 jours durant. J’ai mes petites habitudes, lié connaissance avec certaines sages femmes, bref j’ai presque un petit pincement au cœur. Enfin, j’ai surtout peur d’aller vers l’inconnu. Et j’y vais a grand pas!
A 8h30, la sage femme nous accompagne, l’Homme et moi, à pied, au bloc numéro 4 qui va voir naître ma petite citrouille me dis-je en entrant dans cette salle.
10h Après plus de 30 minutes de monitoring, j’ai déjà des contractions régulières mais non douloureuses. La sage femme qui va nous accompagner pour vivre cette grande aventure, Anne, me pose la perfusion d’ocytocine. L’Homme ne sait pas trop où se mettre, ne sait pas trop comment être utile
11h30, je suis déjà dilatée a 3, je commence tout juste a sentir les contractions, Anne me dit qu’on va poser la péridurale. Vers midi la péridurale est posée. Au passage j’ai trouve la première piqûre (celle de l’anesthésie locale) douloureuse malgré un anesthésiste très sympa et très doux.
A 13h, la dilatation est bien avancée (presque 5) et je dis a mon Homme qu’il devrait aller manger un morceau maintenant sinon ça repoussera a la fin de l’apres midi. Je suis sympa parce qu’à ce moment là, j’ai une faim de loup et j’aurais aimé, moi aussi, m’enfiler, un bon casse croûte! Il a peur de louper quelque chose et hésite. Après confirmation de la sage femme que rien n’arrivera en son absence, il s’échappe. Il est de retour 20 mn plus tard. Il a du d’enfiler son sandwich a la vitesse de la lumière! A partir de ce moment là, les contractions sont très régulières, je ne les sens pas évidemment mais petite citrouille, oui. Son rythme diminue a chaque contraction et a de plus en plus de mal à remonter. La sage femme me dit qu’elle sent bien la tête du bébé, qu’on est pas loin du but. Je reprends espoir d’un accouchement voie basse malgré les courbes de plus en plus inquiétantes du monitoring.
13h50 Le docteur R. vient m’ausculter après avoir observé les courbes du monitoring. Je suis a 6. Mais son air soucieux montre bien que la partie n’est pas gagnée. Il me dit « bon on va y aller! ». C’est sous entendu mais j’ai bien compris, il m’avait prévenu. « Je préfère ne pas prendre de risque car c’est un petit bébé, on va la sortir vite ». J’approuve évidemment. Ensuite tout est allé très vite. Le bloc est tout a côté. Toute une équipe s’affaire autour de moi, on m’e plaisir ce qu’on me fait, je regarde le docteur R. préparer ses « outils » et je vois de grosses pinces…je tourne la tête, je ne veux pas voir en fait!
14h04 « on ouvre! » J’entends
14h06 Petite citrouille naît! Elle a pleuré très vite, on me la montre quelques minutes. J’ai les bras pris par les perfusions et autres trucs nécessaires à l’opération, je ne peux pas lui faire une caresse. J’ai à peine le temps de voir a quoi elle ressemble. La dame qui l’a dans les bras me dit « je l’emmène parce qu’elle est toute choupette ».

Je sais que l’Homme est dans la pièce d’à côté, avec le pédiatre et qu’il sera là pour la voir. A partir de ce moment là, les secondes m’ont paru une éternité. J’entends et je sens (sans souffrir) ce que fait le docteur. J’entends des aspirations, des outils. J’ai l’impression que ça n’en finit pas! J’ai peur, je tremble, j’ai l’impression d’avoir mal, l’anesthésiste augmente un peu la dose quand il voit que je bouge les pieds. A ce moment là ça va mieux, d’autant qu’une sage femme revient me dire que la Petite Citrouille va très bien, qu’elle a recueilli 100% au test de respiration, que le pédiatre l’a auscultée. Elle me dit qu’elle m’attend, elle et l’Homme en salle de réveil. Elle me montre des photos sur l’iPhone de l’Homme. Elle est trop mignonne! J’ai réussi, ça y est! C’est le moment où le docteur me dit « je referme ». Je souffle, je sais que la fin est proche. Voilà, on me « transvase » de la table du bloc à un brancard et on m’emmène en salle de réveil.

J’y retrouve mon Homme et la Petite Citrouille qui est installée dans une « girafe » (une table avec un cou chauffant). Elle dort. Elle a une couche, le bonnet que j’avais préparé dans le sac qu’on a emmené et les petites chaussettes. On nous laisse 20 minutes tous les trois. J’atterris un peu. Je peux toucher un petit peu notre puce. Nous faisons connaissance avec notre petite Raphaëlle. On regarde cette petite puce. L’Homme me raconte les tests que le médecin a fait. Elle va très bien. Elle est toute rose. Elle est superbe! Je raconte à l’Homme que l’expérience « césarienne » est horrible quand tu y es préparé, alors pour celles qui l’ont en urgence, ce doit être traumatisant. Il l’écoute peu, il a envie de clamer son bonheur à la terre entière et est déjà en train de rédiger un SMS à destination de la famille et des amis. Moi j’ai envie de savourer ce moment spécial mais je comprends que nous n’ayons pas la même façon de vivre l’événement. Voilà la Terre entière est au courant de la naissance de notre petite Raphaëlle. Nos téléphones sonnent, vibrent. J’ai l’impression d’une intrusion. Je répondrai plus tard. Ces 20 minutes m’ont semblées très courtes.

Bientôt deux infirmières de la néonatologie viennent chercher Petite Citrouille. Mon Homme va avec elle. Je dois rester en salle de réveil pendant 2h, le temps que la péridurale ne fasse plus effet. La sage femme vient régulièrement me voir, je lui pose plein de questions. J’ai même pu voir le placenta. Oui, je sais ça peut paraître curieux mais je me suis dit que c’était l’occasion où jamais de voir à quoi ça ressemblait! Je lui demande s’il a une apparence normale, la sage femme me répond que oui mais qu’il est très petit pour le terme. Tout est logique; petit placenta donc petit bébé!

Bientôt mon Homme remonte après s’être assuré que la Petite Citrouille est bien installée. La sage femme appelle les brancardiers pour que je monte dans une chambre, il est alors au environ de 17h30. Je suis ravie d’être tombée sur cette sage femme qui a vraiment été super. Elle m’a dit qu’on avait bien essayé l’accouchement par voie basse, et qu’il n’y avait pas de regret à avoir! Tout du long, elle a super bien expliqué tout ce qu’elle faisait, à chaque étape. Elle a répondu aux multiples questions que j’ai pu lui poser. Elle nous a même demandé de lui envoyer des photos alors on a pris son adresse email. Je ne sais pas si elle fait ça pour tous les bébés qu’elle a vu naître mais si c’est le cas, elle doit avoir une belle collection!

Vers 18h ou peut être un peu plus tard, je suis remontée dans une chambre. Mon Homme reste un peu avec moi. La sage femme de jour du service vient me voir. Je suis contente et rassurée car je la connais déjà, on avait sympathisé durant mes 26 jours en GRE. Elle avait fait plusieurs nuits, je lui avait fait remarqué qu’elle avait un joli teint bronze et elle m’avait expliqué qu’elle revenait de 3 mois en Australie. On en avait parlé car j’y suis allée également.

Je me rends compte en voulant écrire la suite que je ne me souviens plus de ce que j’ai fait ensuite, à quelle heure est parti mon Homme…etc. Je me souviens juste d’avoir passe une mauvaise nuit, personne ne m’avait prévenue que j’allais avoir mal après! Alors oui, l’utérus continue de bosser et d’expulser du sang. Parfois même des caillots. Malgré une « toilette » par cette gentille sage femme et une autre le lendemain matin tôt, je me sentais sale et humide tout le temps. Par ailleurs, la péridurale ne faisant plus du tout effet, et malgré la perfusion, j’avais déjà très mal a la cicatrice, ou plutôt a l’intérieur. Rajoutez a cela l’impossibilité quasi totale de changer de position, les images de la journée qui tournent et retournent dans ma tête, mon envie de voir la Petite Citrouille, l’inquiétude de la savoir bien, vous obtiendrez une nuit de merde!! Heureusement, nous avons la possibilité d’appeler la néonatologie lorsque bon nous semble. J’ai appelé 3 fois cette nuit là me semble-t-il!

Le lendemain matin, une fois la perfusion et la sonde urinaire enlevées, j’ai pu essayé de me lever. Évidemment la motivation de voir, enfin, la Petite Citrouille, a largement contribué à ce que je me fasse un peu violence! J’ai fait une toilette de chat et me suis installée dans une chaise roulante. L’Homme est arrivé et nous sommes descendus ensemble en néonatologie.

Quel bonheur! Cette première journée a été magique. Elle nous a offert des moments magiques, elle a été très éveillée. Nous avons assisté a son bain. Je l’ai pris en peau à peau. Sur ce terrain là, mon Homme avait déjà pas mal d’avance car il avait pu en faire la veille! Il est entré très vite dans son rôle de papa, il m’a épatée et étonnée! Le fait que je ne sois pas là immédiatement lui a permis de prendre sa place très vite, et c’est très bien!

Déjà une semaine est passée depuis ces événements. Nous avons eu quelques rebondissements mais cela fera l’objet d’un autre article car j’estime que celui ci est bien assez long!! Merci a toutes pour vos petits mots sur Hellocoton, j’ai tout lu, ça m’a fait très plaisir!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s