Rien n’est jamais acquis

Je rebondis sur le dernier article de Sophia dans lequel je me retrouve beaucoup! En effet rien n’est jamais acquis, quand on pense que bébé a pris le rythme de manger à telle heure, de dormir à telle heure, il suffit de prévoir quelque chose à faire durant son sommeil pour que ce jour là, ma petite citrouille ait les yeux grands ouverts! Ça m’a beaucoup destabilisé la semaine dernière, je pensais que je ne faisais pas comme il fallait, je ne comprenais pas ce qui clochait. Et puis le soutien de mon Homme, un petit peu plus de sommeil et sans doute moins d’hormone me permettent aujourd’hui de relativiser et d’écouter bébé au lieu d’essayer de « garder » un rythme à tout prix.

Souvent, Petite Citrouille se réveille 3 heures après son dernier biberon, comme si elle avait un réveil dans son estomac. Et puis il arrive parfois aussi qu’elle ne se réveille que plus tard. Alors oui c’est déconcertant car j’ai pensé mon occupation pour 3h et non pour 4. Je passe donc l’heure à aller la voir dans son lit, à m’assurer qu’elle va bien, qu’elle n’a pas trop chaud, pas trop froid, qu’elle respire bien… bref j’attends son réveil. Petit à petit j’arrive à me détendre et à me dire qu’elle se réveillera lorsqu’elle aura faim!

Ce matin, elle ne trouvait pas le sommeil après son biberon de 10h. Je l’ai mis dans son transat, il se balance pour la bercer, elle semble aimer. Je m’aide du pied pour avoir les mains libres. Oui mais arrive 11h, je ne suis toujours pas douchée et je me sens sale!! Je gagne du temps, je la berce (toujours avec le pied) en me brossant les dents, je me démêle les cheveux, je les attache en prévision de la douche. Ses paupières sont lourdes, elle s’endort petit à petit, je laisse le transat à la porte de la salle de bain, porte ouverte, je vais au lavabo reposer ma brosse à dent… et Petite Citrouille pleure! Je la re-berce et finis par capituler, je mets le transat dans la salle de bain et me dis que j’ai vraiment besoin d’une douche, tant pis, je suis prête à supporter ses pleurs pendant 3 mn le temps de me savonner de haut en bas! Et petit miracle, est ce le son de la radio branchée sur France Info, celui de l’eau de la douche ou l’atmosphère feutrée mais Petite Citrouille s’endort paisiblement! Comme quoi, pas besoin de se compliquer la vie : un transat, une salle de bain et le tour est joué. J’ai compris aussi que ce qui marche une fois, ne fonctionne pas forcément la fois suivante.

Pour preuve la crise de larmes et de cris dont je parlais hier sur Hellocoton, je n’ai toujours pas bien compris à quoi elle était dûe… J’ai pourtant essayé les câlins, le bain, de lui donner à manger… elle était inconsolable! Ou si, pour 5mn, ces 5 minutes bénies où l’on se dit que c’est gagné, on ferme les yeux pour se détendre et (pourquoi pas) dormir un peu, et ça recommence. Elle se tortillait, j’ai donc pensé qu’elle avait mal au ventre mais elle n’est pas constipée. C’est difficile de soulager ses maux… ça m’a déconcertée de me sentir impuissante.

image--1-.jpgEt pourtant je m’étonne, je suis calme, je ne m’affole pas. Je l’observe, j’essaye de comprendre de que ses pleurs signifient. C’est vrai que les pleurs de faim, de sommeil et de douleur sont différents, je l’avais lu mais je me suis demandé si j’arriverai à les reconnaitre, finalement, oui! Souvent je comprends et j’arrive à agir en conséquence. Sauf hier soir. Finalement un bébé est parfaitement adapté aux adultes; les premiers mois ses besoins sont assez « basiques » : bébé pleure car il veut manger, dormir ou être câliné. Et petit à petit ses besoins se multiplient, la compréhension devient de plus en plus ardue pour les adultes, comme le passage aux niveaux supérieurs d’un jeu vidéo. Sauf que le « jeu bébé » n’attend pas qu’on ait validé le niveau 1 pour passer au suivant, c’est marche ou crève!!

Finalement, les jours passent à toute allure, semblent être similaires, mais pas du tout! Rien n’est jamais acquis! Bébé impose son rythme. Mais comme je suis heureuse de m’occuper de mon bébé! Même si j’ai parfois l’impression de ne rien savoir, même si j’ai peur de la casser tant elle me semble petite et fragile (quoique de ce côté là, ça va mieux. Peut être que je m’habitue…), je sais à quel point j’ai de la chance d’être arrivée là!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s