La Wish list de Raphaëlle {2 ans} – Jouets et livres

wish list noel 2014 joeuts et livres enfant 2 ans

Selon les centres d’intérêt actuels de Raphaëlle, j’ai listé quelques jouets susceptibles de lui faire plaisir et avec lesquels elle pourra jouer durant l’année de ses 2 ans. La wish list est bien pratique pour les « taties » (ma soeur et la belle soeur) qui ne savent pas trop ce qu’on peut offrir à une petite fille de 2 ans, et aussi pour les mamies qui visiblement ont rajouté des choses dans leur hotte déjà bien remplie!

1. Les imagiers Nathan Kididoc
2. Boîte de tri en bois Montessori
3. Chevalet tableau blanc et noir – Ikea
4. Livre et CD – Pitt Ocha 2 – Au pays des mille collines – Les Ogres de Barback
5. Des Duplo
6. Veilleuse Pabobo Lumilove Barbapapa
7. Lettres aimantées en bois – Vilac

 

Préparer Noël pour les touts petits

A presque 23 mois pour Raphaëlle, Noël devient un petit peu plus concret pour elle cette année. Pour Valentin, 2 mois, bien sûr, c’est bien abstrait pour lui, et surtout bien moins important qu’un câlin de Papa ou Maman, et bien moins encore qu’un biberon quand c’est l’heure de manger (ce petit a une horloge dans l’estomac tellement il est ponctuel!). Le nombre de lumières étant plus importantes (bougies, guirlandes…), l’éveil de Valentin est tout de même plus sollicité.

Nous avons décidé que notre petite famille donnerait son sens premier à Noël, c’est à dire, une fête religieuse avant tout. Les familles sont très contente de cette évènement et c’est l’occasion d’offrir des cadeaux aux gens que l’on aime beaucoup. Là dessus, nous expliquerons à nos touts petits qu’il y a une jolie histoire de Noël, aka le Père Noël qui peut apporter un cadeau aux enfants qui ont été bien sages (histoire de ne pas gâcher la magie aux autres enfants de notre entourage).

Cette année, Raphaëlle nous semble bien petite pour toutes ces explications. Nous lui avons expliqué la crèche, le petit Jésus, très brièvement. Nous lui avons expliqué le Père Noël, les rennes, le traineau très brièvement aussi. Cette année, nous avons axé sur la décoration : le sapin, la couronne, les guirlandes, les boules de Noël.
Noël va être l’occasion d’aller chez mes parents, le temps d’une semaine de vacances. L’Homme et moi sont aussi excités l’un que l’autre à cette idée donc notre enthousiasme pour Noël passe aussi par là. Nous avons expliqué à Raphaëlle que nous allions dormir dans la voiture (aka voyager de nuit), pour aller voir Mamilyne et Papi Jo (« et Fam », oui « et Flam », le chat de mes parents). Il y aura aussi ma soeur et son chéri. Mais surtout plusieurs jours tous ensemble, ce qui est assez rare et agréable pour être souligné et attendu de longue date!

A cela s’ajoute mon cadeau à moi, celui dont j’ai rêvé durant mes années infertiles : les pyjamas de Noël. C’est ne tradition tellement kitsch, mais que j’attendais de pouvoir réaliser avec impatience. Et cette année, sacre parmi les sacres, j’ai commandé 2 pyjamas, l’un en 24 mois et l’autre en 3 mois, hiiii! Voilà, j’ai eu mon Noël à moi!!

Avec tout cela, Raphaëlle sent bien l’excitation monter.

Nous préparons des cadeaux « home made » pour les grands parents, lors d’après midis froids et pluvieux. Cette notion de « cadeau » semble bien abstraite à Raphaëlle et encore plus lorsqu’on lui demande quel cadeau elle a commandé au Père Noël! Quelle drôle de question quand on y pense pour une enfant d’à peine 2 ans!

J’ai donc réfléchi à des jeux et des livres qu’elle va pouvoir appréhender lors de cette année 2015, les ai listé pour donner des idées à l’entourage. J’y reviendrai…

Et puis nous avons fait des photos de Noël, j’y reviendrai aussi …

 

Le festival de nouveautés {22 mois}

Depuis quelques semaines, Raphaëlle nous offre un festival de nouveautés, notamment linguistiques.

Il est certains qu’elle est de nature curieuse, elle s’intéresse à tout ce qu’on lui fait découvrir. Et puis Pop le dinosaure a été le déclencheur, tellement beau avec toutes ses couleurs. Il mange tous les fruits et tous les légumes et sa peau prend leur couleurs. Si bien, qu’il devient « un magnifique dinosaure multicolore »!   Une aubaine ce Pop pour faire manger des légumes aux enfants réticents. J e n’ai pas hérité de ce modèle ; Raphaëlle mange tout ce qu’on lui propose que ce soit vert ou non. J’en profite car il n’est pas rare qu’un changement s’opère autour de 2 ans je crois, je m’y attends un petit peu donc…
Bref, revenons  à Pop, chez nous il a été le déclencheur pour faire découvrir les couleurs à Raphaëlle. Tout début tout était jaune. Elle nous montrait un objet, toujours jaune. Et puis, petit à petit, autour de la vie quotidienne, des lectures, elle a acquis les couleurs, d’abord les basiques (vert, jaune, rouge, bleu) puis le noir et blanc (« comme Quidditch », notre chien) et maintenant le gris, le violet, le marron, le orange etc… je vous épargne la liste, vous connaissez vos couleurs aussi bien que moi. Bref, c’est venu très naturellement, sans qu’elle ait besoin d’être poussée, voilà les couleurs acquises.

Et puis, au retour de la maternité, je suis revenue avec un petit train représentant les lettres du prénom « Valentin ». Elle a reconnu le train, je lui ai dit que sur le petit train, il y avait des lettres, et que toutes ces lettres ensemble voulaient dire le prénom de son petit frère. L’explication n’a pas semblé l’intéresser, normal me suis-je dit. Et quelques jours plus tard, des amis viennent nous rendre visite pour voir la bouille de Valentin, ils arrivent avec un petit cadeau pour bébé, et un autre pour Raphaëlle : des lettres en mousse a utiliser dans le bain (elles peuvent coller à une paroi humide). Elle découvre son cadeau et dit « oh! les lettres! »). J’étais étonnée qu’elle ai retenu cela… A l’aide des cubes et des lettres en mousse, le copain écrit « Raphaëlle ». Elle le regarde faire. Il cite les lettres en même temps qu’il les positionne. Elle retient le « A ». Depuis, toutes les lettres sont « A ». Elle le repère sur n’importe quel support, de la bouteille de jus d’orange, au paquet de croquette du chien en passant par les plaques d’immatriculation, dès l’instant où il est en majuscule. Elle a « photographier » la lettre « A » comme elle reconnaitrait un canard en image si tant est que nous ayons le droit de mettre un canard sur notre plaque d’immatriculation de voiture (classe!). La voilà intéressée par les lettres. Aucune envie de la « pousser », elle photographiera d’autres lettres si elle en a envie, ce sera bien assez tôt!

Elle commence à faire des phrases même si la prononciation n’est pas encore là. Il faut souvent de décodeur et hors contexte c’est bien difficile de suivre le fil de sa pensée parfois. Je suis tout de même bien épatée par le vocabulaire qu’elle a acquis en si peu de temps, je ne savais pas que ça pouvait aller si vite.
Tout est source d’apprentissage finalement. je prends bien sin de lui expliquer ce que je fais quand je m’occupe d’elle, où nous allons, qui nous allons voir. Tout cela lui donne le goût du langage.

Depuis l’arrivée de Valentin, elle aime bien savoir si tel ou tel enfant a un « ti rère » (petit frère). Alors on fait le lien « qui est le petit frère de …? Qui est la maman de…? Qui est le papa de …? C’est un jeu qu’elle adore et qu’elle réclame quand je me lasse (on joue souvent en voiture). Elle fixe surtout les personnes que l’on voit régulièrement, mais ça fait déjà pas mal de familles!

Niveau motricité, elle y va piano, piano, beaucoup de prudence, la demoiselle ne chute pas, prend beaucoup de temps pour passer un obstacle, et bien que très attirée par les trottinettes, l’objet lui semble incongru quand il roule.
Tout comme sur le langage, il y a parfois un gouffre entre la motricité de deux enfants. Au square, ma poupée prend beaucoup de temps (enfin elle prend le temps dont elle a besoin) pour monter les petits escaliers qui mènent au sommet de la cabane permettant d’accéder au « bobogan ». Elle se fait parfois un peu bousculer (mon dieu qu’elle a l’air petite dans ces cas là, mon coeur se brise en mille morceaux et j’ai envie de réduite en miettes les petits morveux qui la poussent!!).
Il n’y a rien qu’elle ne sache pas faire mais elle est très prudente et requière souvent l’aide d’un adulte, parfois avant même d’avoir vraiment essayé. C’est moi qui remarque cela, je ne la blâme pas sur le sujet, sachant que cela peut être contre productif. Je l’incite à essayer mais je n’insiste pas. A chaque temps son étape.

Que cet âge est amusant je trouve. L’intérêt grandissant pour tout est un vrai régal pour moi qui ait toujours eu envie de faire des activités avec mes enfants!

Raphaëlle, 22 mois

Les doudous chat

Doudou chat est un des nombreux doudou offerts à Raphaëlle à sa naissance. Il m’a plu, lui plus que les autres. Ses grands bras, ses longues jambes et sa tête sympathique ont eu raison de moi. Nous n’avions pas choisi de doudou avant sa naissance, rapport au fait qu’on avait d’autres chats à fouetter. Finalement doudou chat n’a pas été offert par une personne très proche de nous mais ce petit cadeau de naissance me fait penser à ces anciens gentils voisins très souvent.
Il est facile à saisir, Raphaëlle l’a « acrapé » (comme elle dit aujourd’hui) assez tôt. Il est tout doux et se lave très facilement.

Quand il a été adopté pour de bon par la demoiselle (entendez réclamé pour la sieste et la nuit), je suis allée en acheter un second, au cas où.

Et puis quand j’ai vu que le magasin où il est vendu (Monoprix pour ne pas le nommer) le faisait désormais en bleu, j’ai craqué. Valentin a donc son doudou chat bleu. Peut être l’adoptera-t-il lui aussi? Affaire à suivre…

doudou enfant

doudou

doudou chat

 

Article non sponsorisé

RCIU – mon témoignage dans Les Maternelles

Juste juste avant la naissance de Valentin, j’ai eu la chance de participer en tant que maman à l’émission de France 5, Les Maternelles sur le thème du retard de croissance in utero.

Ce fut une jolie expérience une jolie expérience. Tout d’abord, j’ai répondu par email à l’appel à témoins diffusé à l’antenne. Je n’en attendais pas plus, pensant que la description de notre histoire allait étayer la petite « enquête » menée par la journaliste en amont de l’émission. La journaliste, Jeanne, m’a contacté par téléphone quelques jours plus tard pour approfondir mon email, m’a posé des questions très précises sur ma grossesse, la naissance de Raphaëlle, notre ressenti à son papa et moi, son développement… Et en fin de conversation, elle me demande si je serai intéressée pour participer à l’émission. Bien que joyeuse a cette idée, ma date présumée d’accouchement était tout de même très proche de la date de l’enregistrement de l’émission.

Apres maintes réflexions avec l’Homme, j’ai fini par accepter, réalisant que j’aurai regretté de n’a pas l’avoir fait. Mon entourage (parents et beaux parents bien en tête) m’ont un peu gâché le moment car ils trouvaient bien inconscient que je prenne le TGV pour Paris à 15 jours de ma DPA.

Bref le voyage s’est bien passé, je suis arrivée au studio d’enregistrement, j’ai été coiffée, maquillée, j’ai eu le temps de discuter avec le pédiatre et la psychologue présents en tant que spécialistes sur le plateau. L’enregistrement en tant que tel est impressionnant puisque je me suis retrouvée à la place de ceux et celles que je regarde d’habitude en tant que téléspectatrice. L’enregistrement est réalisé dans les conditions du direct et même si la discussion est guidée par les animatrices, il est bien difficile d’être naturelle.

C’est toutefois une jolie façon de « clôturer » le chapitre « RCIU » de Raphaëlle, et quelle plus belle façon que de le faire 48h avant la naissance du petit frère?

J’ai profité de mon passage à Paris pour passer une soirée entre nénettes avec mes copines, pour manger un bon burger et son steak (saignant!), pour papoter comme deux ados, dans le noir jusqu’à s’endormir en riant dans un petit hôtel de Boulogne où ma copine Valou a eu la gentillesse de passer la nuit avec moi, au cas où… Bref une belle fin de grossesse!

 

L’émission est en ligne durant encore 6 jours sur pluzz.fr  (la discussion démarre à 26:36)
J’essayerai de mettre la vidéo sur Youtube ensuite afin d’en garder une trace. EDIT : le lien youtube : http://youtu.be/HZEaPuGFjPE

Le pédiatre présent sur le plateau : Professeur Olivier Baud (pédiatre néonatalogiste à l’hôpital Robert Debré)
A venir : le lien vers les recherches du Professeur Baud dans le cadre de PremUp
E
DIT voici le lien : http://neonatologie-robertdebre.aphp.fr/recherche-retard-de-croissance-intra-uterin/

La psychologue : Diane de Wailly


image

image

image

image

image

Ainsi va la vie

Il y a quelques mois, je vous racontais comment nous perdions Grand Mère. Le 4 mai, nous avons dit au revoir à Grand Père. C’était sans doute une délivrance car son état physique s’était beaucoup dégradé ces derniers temps. Il a rejoint sa femme qu’il réclamait souvent lorsque sa tête lui faisait un peu défaut.

C’est donc vendredi qu’une cérémonie était organisée en son honneur, toute la famille s’est réunie pour un dernier adieu. Je n’ai pas pu m’y rendre car notre Petite Citrouille nous a fait une belle frayeur en faisant des pics de fièvre entre 39 et 40 degrés durant plus de 48h. Jeudi, elle jouait et souriait encore. Vendredi plus du tout. Nous avons assisté à des crises de pleurs inconsolables. Tant et si bien, que je l’ai emmenée voir un pédiatre inconnu (la mienne faisait le pont). Pédiatre qui a cru qu’elle avait mal au ventre tant elle pleurait (de peur comme à son habitude chez le docteur). Je pensais plutôt aux dents (deux belles prémolaires sont sorties donc je n’avais pas entièrement tord). Mais finalement c’est une belle roséole qu’elle nous a fait!

Samedi avait lieu son baptême, elle allait mieux mais ce n’était pas le bébé-presque-petite-fille que l’on connaît ; sourire et malice du lever au coucher. Elle a tout de même pu en profiter un petit peu, et j’avoue, moi aussi!

Voilà pour les quelques nouvelles en bref.

Petite mais costaud!

On nous avait prédit un bébé fragile. Finalement ce n’est qu’à presque 15 mois que sera survenu la première petite maladie. Petite puisqu’il s’agit en effet d’une « simple » rhino pharyngite.
Un week-end un petit peu difficile, un bébé grognon, fiévreux. De grandes siestes réparatrices mais une toux qui persiste, un nez qui coule. Lundi midi, la nounou m’appelle, la fièvre est revenue, je choisis de l’emmener chez la pédiatre avant que cela dégénère.
Petite Citrouille n’aime toujours pas les docteurs, hurle dès qu’on entre dans le cabinet médical. Cela se calme dans la salle d’attente car il y a des livres et des jouets qu’elle ne connaît pas. Mais les pleurs et cris reprennent de plus bel dès que je commence à la déshabiller pour l’auscultation. Le doc m’apprend que ses pré molaires du haut sont sur le point d’arriver. Je ne savais pas que les canines arrivaient après… drôle d’organisation la société des dents de lait!
Petite Citrouille pèse 8,800kg (quand on pense que je faisais 9kg à 9 mois, je fais figure de sumo!!)

On ressort avec un petit traitement pour 6 jours, pour la rhino, du Doliprane (remède magique des docteurs, l’auteure se reconnaîtra!).

Bref, le RCIU semble loin car Petite Citrouille semble avoir un bon système immunitaire et encore dans un coin de ma tête lorsque je vois ses petites jambes toutes frêles.

Aujourd’hui ça va mieux mais la petite demoiselle profite de son statut de petite malade pour asseoir son caractère et piquer des colères à la moindre contrariété, quelque chose eme dit que nous n’en avons pas terminé avec cette petite puce!

Signer avec bébé {bilan à 14 mois}

Alors que ma Petite Citrouille n’avait que 3 mois, je vous parlais ici de mon envie de signer avec elle.

Qu’entend-on par signer?
Il s’agit d’utiliser la langue des signes pour inviter bébé à s’exprimer et à se faire comprendre avant qu’il ne sache parler.

Aujourd’hui je peux faire un petit bilan car Petite Citrouille a bien accroché au concept. Parmis les plus courant, elle a rapidement su faire « bravo », et « bonjour » et « au revoir », de la façon la plus courante.

Depuis 1 mois, elle signe à bon escient « merci« , surtout lorsque je lui donne son biberon du matin. Elle n’a pas encore compris que cela pouvait s’appliquer lorsqu’on lui donne un objet qui ne lui était pas accessible. je continue d’associer le mot prononcé, au geste. Souvent elle me regarde en souriant, parfois non.

Elle signe aussi très bien « manger« . Elle l’utilise aussi quand elle a soif, bien que j’utilise le signe « boire » quand je lui propose de l’eau. Celui-ci n’est pas « rentré »…

Je pense faire entrer d’autres mots de son quotidien, doucement, peut être « bébé » (pour accompagner l’arrivée de numéro bis), « couche »…

Je suis contente de voir qu’un autre échange est possible, autre que celui attendu par le langage. Cela ne l’empêche pas de prononcer, ou d’essayer de prononcer des mots : « papa », « maman », « …Ich » (le chien s’appelle Quidditch). Cela m’encourage à continuer.

A noter que son papa n’était pas très chaud pour cela, il ne signe donc que très rarement. Il s’y est mis quand il a vu qu’elle utilisait le « merci ». Il a compris qu’elle n’était encore en mesure de prononcer le mot mais qu’elle savait l’utiliser au bon moment.

Crises du soir? Bonsoir!

Il y a les cris du soir que je comprends pas bien. J’ai essayé le biberon, elle finissait par manger quasiment en continue de 17h à 20h, le tout ponctué de cris, avant de régurgiter (eh oui l’estomac a un nombre de places limitées!). J’ai essayé la promenade, en landau, en poussette, elle finissait par se réveiller arrivée à la maison et débutait le concert de cris. Il n’y a guère que l’écharpe qui fonctionne, mais attention, il faut ruser! Il faut réussir à mettre bébé dedans avant que la crise ne débute! Ça marche, j’échappe à la crise de larmes, mais hasard ou coïncidence, elle n’a pas très bien dormi cette nuit là. Sans doute que l’énergie n’avait pas été évacuée… Soirée tranquille ou nuit paisible, faudrait-il choisir?

Mais finalement au petit matin…

Quel est cet étrange pouvoir qu’a mon bébé de réussir à me faire oublier les 2h30 horribles qu’elle m’a fait vivre hier soir?
En un sourire, c’est oublié!
Quelle est cette capacité à m’émouvoir quand je la regarde gesticuler sur son tapis d’éveil?

Elle observe avec attention de multiples choses, s’agite, fait une pause, recommence. Elle émet un son, semble en être la première surprise, puis recommence quelques minutes plus tard.

Petit être qui n’a pas encore la capacité de contrôler ses quatres membres mais ceux-ci s’activent déjà beaucoup!
Petit être qui n’a pas encore une palette très développée de communication s’exprime encore à coup de cris.

J’écoute les « déjà maman » en profitant de chaque jour, chaque étape, mais une petite voix me dit que ce n’est peut être pas celle-ci que je vais préférer…
Non je ne veux pas que bébé grandisse trop vite, je ne veux pas avoir l’impression de manquer des étapes de son développement. A chaque étape ces inconvénients et bon sang que ces crises du soir sont difficiles! Pour bébé qui doit se sentir bien incompris, pour maman qui ne comprend pas, pour tout le monde parce qu’elle est petite cette petite citrouille, mais elle a de la voix!
Oui, j’ose le dire, j’ose l’écrire : hier soir j’ai mis les boules quiès! Je berce bébé sans avoir l’impression que mes tympans vont exploser. C’est grave docteur?

Apprentissage de Maman débutante

Les apprentissages de Maman débutante se retrouvent chez Zess.

Quelques jours au ski, entre filles, avec ma petite Citrouille, sa marraine (une amie proche) et son amie. Séjour prévu de longue date, organisé, planifié. J’ai réservé la crèche pour Petite Citrouille, 3 apres midis pour profiter de la neige et aller skier. J’appréhendais un peu, me demandant si on allait bien s’occuper d’elle. Et puis j’ai relativisé, réalisant qu’elle était à l’aise avec tout le monde, qu’elle souriait tout le temps, qu’elle se ferait sans souci à ce nouvel environnement.
Finalement l’expérience n’est pas vraiment positive, la crèche s’est avérée être une garderie dans le sens propre du terme où les enfants de vacanciers sont presque posés là, avec une surveillance d’adulte, quelques jouets et presque rien d’autre. Petite citrouille a commencé à être mieux, le troisième jour, et encore…

Moi ça m’a un peu gâché mon plaisir et mes vacances n’ont pas été aussi fantastiques qu’espérées.

Petite Citrouille est revenue de vacances un petit peu plus craintive qu’avant, plus « pot de colle » avec moi qu’avant, elle pleure plus facilement qu’avant. A cela s’est rajouté la sortie de 4 nouvelles dents en même temps, ce qui n’arrange rien et a complètement détraqué son bon appétit.

Depuis lundi, elle a repris son petit quotidien chez sa nounou, qu’elle a couvert de bisous et de câlins, lundi en guise de retrouvailles. Elle ne reprend son déjeuner qu’à 16h, mais mange tout de même, ce qui est bien le principal.

Est ce donc cela devenir maman? S’inquiéter sans arrêt pour son enfant au point de ne pas profiter des moments qu’on s’est spécialement aménagé?

Je réalise à quel point le quotidien, la routine, les visages connus sont importants à cet âge là. C’est important de conserver des habitudes, de les ancrer même. J’apprends… au dépend de quelques erreurs… Bien sûr, je me suis sentie coupable d’avoir organisé ce séjour, pour me faire plaisir, au dépend de son confort. A la fois, ce n’est pas bon de rester enfermé chez soi, ni pour elle, ni pour moi…
De retour à la maison, j’ai tout fait pour lui proposer des journées plus calmes, plus cadrées, plus ancrées dans notre quotidien, j’espère que ça a participé à lui redonner confiance. Son sommeil n’en a pas été impacté, elle a même fait quelques pas seule durant les vacances.

Apprentissage de maman débutante…

 

Et à la demande de Sophia, un petit selfie des pistes :

photo--53-.jpg