Le temps

Le dilemme de chaque maman qui travaille est le même; toujours partagée entre l’envie d’entreprendre, de s’épanouir personnellement et professionnellement et celle de passer le plus de temps possible avec ses enfants.

Je n’échappe pas à la règle et sans arrêt entre deux eaux, à aimer mes journées pro et à culpabiliser l’instant d’après. Vous connaissez ce sentiment n’est ce pas?

IMG_8914

Lire la suite de « Le temps »

Ma fête des mamans

Après une longue attente pour fonder cette petite famille, je savoure chaque jour (ou presque) d’être une maman. Oui c’est difficile d’éduquer ses enfants, c’est éprouvant, mais c’est tellement satisfaisant de les voir évoluer et faire leur petit bonhomme de chemin (cette expression colle parfaitement avec la démarche amusante du titou actuellement, qui bouge les bras et le bassin pour faire chaque pas, il est vraiment drôle!).

Après un bon « petit déjeuner du week-end » et l’ouverture de mes cadeaux fait maladroitement mais amoureusement par leurs petites mains à la crèche, j’ai passé un moment privilégié avec ma petite citrouille dimanche matin.

Lire la suite de « Ma fête des mamans »

La jolie surprise

Quand j’ai accouché de ma Petite Citrouille, voilà 3 ans si vous étiez , j’ai eu beaucoup de manifestations de sympathie après ce long parcours du marathon. De la part de nos proches bien sûr mais aussi du personnel médical qui nous a entouré durant de longues semaines.

J’ai eu des visites mais aussi des petits mots laissés dans ma chambre lorsque j’étais auprès de ma poupée. Dont l’un d’une gentille sage femme, Louise, qui avait toujours le sourire aux lèvres. Le hasard de son planning a fait que je l’ai beaucoup vue durant mon mois d’hospitalisation avant la naissance de Petite Citrouille Elle était pimpante, rassurante, détachée mais attentionnée. Bref je garde d’elle un souvenir très précis, de bouffée de bonheur quand elle entrait dans ma chambre.

En rentant à la maison, en février 2013, avec ma petite crevette. J’ai tapé son prénom et le nom de l’hôpital. Je suis tombée sur un profil Facebook. Aucune assurance qu’il s’agissait bien de la bonne personne, j’ai envoyé quelques lignes comme on jette une bouteille à la mer.

Et, en février 2016, pile 3 ans plus tard, le message réapparaît, je l’avais oublié et c’est un grand message en retour de sa part. Mes lignes se sont égarées dans les méandres du grand réseau social mondial et elle les a retrouvées par hasard.

Quelle heureuse surprise! Je revois son grand sourire. Son message éclaire ma journée de travail un peu grise. Elle me demande des nouvelles de ma poupée, se demande si elle est grande sœur, me donne quelques nouvelles. Nous échangeons quelques mots, une petite conversation autour de son métier, des conditions de travail qui sont moins agréables qu’auparavant, bref une belle conclusion!

 

 

On se résume #4/52

Un week-end calme placé sous le signe du repos, de siestes à rallonge, de câlins, de bisous guérisseurs, de nettoyage, de lecture et de dessins animés.

Oui Le Titou a été malade. Une gastro fulgurante je pense. J’étais seule avec les petits. L’Homme est allé aider des amis à finir des travaux chez eux. Un Titou qui a un petit appétit et qui fait 3h30 de sieste m’a mis la puce à l’oreille. Et puis ce fut comme un épisode de Bref. Il m’a regardé, je l’ai regardé, il a vomi, j’ai nettoyé, il a ri, j’ai vomi. Bref, mon fils est malade!
Re-belote le soir chez des amis qui nous avait gentiment invité à dîner (pas sûr qu’on soit ré-invité de si tôt!). Mais cette fois, l’Homme était là, donc il a nettoyé, mais il n’a pas vomi, lui. Moi j’ai lavé le petit et ma gentille copine a lavé ses vêtements. Bref, on forme une belle équipe!
Re-re-belote, en rentrant dans la voiture. J’ai conduis en apnée dedans 13mn (c’est long 13 mn dans une voiture qui sent le vomi!), l’Homme étant dans la seconde voiture puisqu’on était venu séparément…

Une nuit sans encombre et un dimanche presque guéri, quoiqu’appétit de moineau, chose à quoi il ne nous a jamais habitué. Bon rassurez-vous, il a des réserves, dans les joues et dans les cuisses!

Un dimanche calme. Agréable car mes deux petits loups commencent à jouer ensemble, enfin, à jouer dans la même pièce sans que cela ne tourne au pugilat. Il est fort probable que Le Titou gagnera du galon aux yeux de Petite Citrouille lorsqu’il marchera. Ce ne sera plus un bébé et l’inclura plus facilement à ses jeux.

Pas de temps pour des dessins, des travaux manuels avec Petite Citrouille, je l’ai laissée profiter de ses jouets. Elle a finalement peu de temps pour le faire dans la semaine.
Nous avons fait un gâteau tout de même vendredi soir, pas assez cuit cette fois! Décidément…

Et puis nous avons fait un petit tour à la bibliothèque, avons choisi plein de nouveaux livres, croisé notre voisine désormais connue et l’avons conviée, avec son mari et sa fille à l’apéritif le dimanche. Ils ont apporté des fleurs, et des livres dédicacés par l’auteur,

On a ouvert du champagne. Nous avons fait connaissance plus tranquillement que derrière un grillage et nous en ont appris de belles sur nos prédécesseurs, un peu bandits. peut être qu’on a un trésor caché dans le jardin…  C’est un chouette thème de chasse au trésor!

Et puis le dimanche s’est étiré, c’était à l’Homme d’être patraque alors on a déposé les enfants chez leurs grands parents, comme chaque dimanche soir, et on s’est lovés dans le canapé devant un film qui ne demandait aucune réflexion!

 

 

On se résume #2

Un autre week end calme bien mérité!

Vendredi soir, exeptionnelement je ne suis pas allée chercher les enfants à la Creche, c’est l’Homme qui y est allé, je les avais depose le matin. Lorsque je suis rentree à la maison, Raphaelle m’a saute au coup, me réclamant de faire « le gateau du week-end ». Moment agréable mais nous avons dû nous tromper dans certaines proportions car il n’était pas bon, il finira à la poubelle…

Fatigués de leur semaine, les petits n’ont pas demandé leur reste et sont allés au lit avant 20h. J’ai profité du calme ambiant pour divaguer sur le net à la recherche de petites fringues en deuxieme démarque des soldes. Finalement, nous passerons commande d’un buffet le lendemain! L’Homme rentre du sport et on papote un peu avant que minuit sonne et mes paupières me le rappellent.

Samedi matin, Valentin de réveille tôt en gazouillant adorablement  en hurlant comme si on l’égorgeait. Je profite de ce petit temps avec lui avant d’aller au sport. Après son biberon du matin, l’Homme prend le relai pendant mon cours de body combat. Je reviens gorgée d’une bonne énergie après mettre bien défoulée (j’aime ce cours!!). Je reviens et c’est calme dans le salon avec un dessin animé en toile de fond. Je file prendre une douche. Valentin est grognon, je le couche et embarque Raphaëlle au marché avec moi. L’Homme fait des travaux dehors (une fuite dont on ne trouve pas la source!). Nous revenons gelées du marché, le froid hivernal tant attendu est là cette fois!

Après un déjeuner rapide, tout le monde à la sieste mais Raphaëlle fait la grève de l’oreiller, chante et joue tant et plus qu’elle réveille Valentin pourtant dans la chambre d’à côté. Il se réveille de mauvais poil. Alors je les emmène jouer dehors malgré un petit vent piquant, ils peuvent profiter des cadeaux de noël fabriqués par PapiJo; une draisienne en bois pour Raphaëlle et un porteur en bois pour Valentin. J’en profite pour enlever un peu de gravier du jardin. Cet espace, orienté à l’est, accueillera bientôt une aire de jeux pour les enfants et de la pelouse.

A la nuit tombée, nous rentrons au chaud, et chacun vaque à ses occupations. Ce soir, pas de copains à la maison, ni ailleurs, on rentre entre nous. La soirée débute tranquillement pendant le dîner des enfants, on ouvre une bonne bouteille de rouge, l’Homme fait un feu dans la cheminée. Une fois les petits couchés un peu plus tard que d’habitude (on en profite, c’est le week-end!), nous mangeons un petit repas créole que j’ai pris au marché le matin même. C’est bon! Epicé aussi!

Dimanche, Valentin se réveille aussi brutalement que la veille, vers 8h. Je me lève et en profite pour préparer une pâte à crêpe. ce sera notre petit déjeuner! Et aussi une galette des rois pour les amis qui viennent au gouter cet après midi.
La matinée se passe tranquillement, Raphaëlle découvre le Roi Lion avec son papa. Valentin n’en perd pas une miette. Et soudainement, ils décident d’aller jouer à la dinette ensemble. Ils se chamaillent, puis jouent ensemble et se chamaillent de nouveau. Je me demande si leur relation est gravée dans le marbre et qu’elle continuera comme ça tout le temps. Joueront-ils en harmonie plus tard?

L’après midi, nous tirons les rois avec la marraine de Valentin, son petit de 9 mois de moins que Raphaëlle et ses parents. Une douce après midi à papoter de tout et de rien.

La nuit tombe déjà, je prépare les petits sacs des enfants, il est déjà l’heure de les emmener chez Maminou, ça sonne la fin du week-end.

Ce soir, nous accueillons à dîner un copain de l’Homme qui part vivre en Suède après avoir rencontré une suédoise. On a papoté voyages, évasion, politique… Et j’ai fait un aller retour chez Maminou car le Doudou chat de Valentin était resté dans la voiture. Impossible de le coucher sans… Repas un peu interrompu mais soirée intéressante et tardive. Lundi difficile (d’où mon article tardif!!)

Et le week-end prochain, nous fêtons les 3 ans de Raphaëlle!!

Avant

Avant je lui serais rentrée dans le lard, mais aujourd’hui j’ai appliqué RIE et les conseils de Janet comme avec mes enfants.

Avant j’aurais fondu en larmes devant tant de frustration et d’absurdité, mais aujourd’hui j’ai pensé à mes deux petites têtes blondes et me suis dit qu’il y avait bien plus grave dans la vie.

Avant j’aurais hurlé de rage une fois à l’abri dans ma voiture, mais aujourd’hui j’ai mis ma chanson préféré à tue tête, ai chanté comme une ado et ai roulé vers la crèche.

Avant j’aurais ressassé ma journée pourrie toute la soirée, mais aujourd’hui je les ai mangé de bisous, les ai fait rire, les ai câliné et les ai aimé aussi fort que je peux.

Quand ma journée de travail est pourrie, quel plaisir intense de réaliser que j’ai un foyer, une famille, un mari aimant et savoir combien ils m’apportent, relativiser et savoir que ma vie c’est eux, c’est la joie et l’amour qui règne autour de moi au quotidien. Et puis quel soulagement de pouvoir coucher mes sentiments par écrit ici et les exorciser pour que demain soit meilleur.